La valeur du travail : selon qui ? - Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis Access content directly
Preprints, Working Papers, ... (Working Paper) Year : 2024

The value of work : according to whom ?

La valeur du travail : selon qui ?

Daniel Bizeul

Abstract

Is working an integral part of life in society and a source of personal fulfillment? Many sociologists support this point of view. It is then at the cost of overlooking the mass of individuals who, in our own societies, have no other choice than underpaid, underprotected labor. Let's take the example of a 40-year-old man who hasn't worked for more than two years in total. What emerges from his diary, begun in 1992, is the heterogeneous, trivial, almost amoral aspect of his perceptions concerning the duty to work. And it's the violence of capitalist logic and ordinary morality, of which the better-off are representatives without being aware of it. This text, written in 2007 for a journal in the process of being created, was eventually sent to another already established, which rejected it as insufficiently evidenced and rigorous. This was also the opinion of several colleagues. Although it is sociologically flawed, it is a step, like other texts from the same period, in my attempt to make sense of the man presented here as a "recalcitrant", which will lead to the book Martial, la rage de l'humilié (Agone, 2018). It testifies to my desire to make sense of a vision of work, particularly salaried work, which is the opposite of that prevailing in our societies and, above all, although it is implicit, contrary to what is constitutive of my person.
Travailler est-il constitutif de la vie en société et source d’épanouissement pour l’individu ? Nombre de sociologues soutiennent ce point de vue. C’est alors au prix d’un oubli : celui de la masse des individus qui n’ont d’autre choix, dans nos sociétés même, qu’un labeur sous-payé et sous-protégé. Soit l’exemple d’un homme de 40 ans, qui n’a pas travaillé plus de deux ans au total. Ce que fait surgir son journal, débuté en 1992, c’est l’aspect hétéroclite et trivial, presque amoral, de ses perceptions concernant le devoir de travailler. Et c’est la violence de la logique capitaliste et de la morale ordinaire dont les mieux lotis sont des représentants sans en avoir conscience. Ce texte écrit en 2007 pour une revue en cours de création a finalement été adressé à une autre déjà établie, qui l’a refusé comme insuffisamment étayé et rigoureux. C’était aussi l’avis de plusieurs collègues. Bien qu’il soit sociologiquement bancal, il est une étape, tout comme d’autres textes de la même période, dans ma tentative de rendre raison de l’homme ici présenté comme un « récalcitrant », ce qui conduira au livre Martial, la rage de l’humilié (Agone, 2018). Il témoigne de ma volonté de donner sens à une vision du travail, notamment le travail salarié, qui est à l’opposé de celle valant dans nos sociétés et, surtout, bien que ce soit implicite, à l’encontre de ce qui est constitutif de ma personne.
Fichier principal
Vignette du fichier
valeur travail.pdf (237.62 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Licence : CC BY NC SA - Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Dates and versions

hal-04544843 , version 1 (13-04-2024)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : hal-04544843 , version 1

Cite

Daniel Bizeul. La valeur du travail : selon qui ? : Portrait d’un récalcitrant. 2024. ⟨hal-04544843⟩
5 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More